Home Complottheorieën Abus, refoulement et faux souvenirs

Abus, refoulement et faux souvenirs

0
Abus, refoulement et faux souvenirs

Par Henry Otgaar

Cet article est paru dans Skepter 35.3 sous le titre : Misbruik, verdringing en valse herinneringen.

Il est beaucoup plus facile que nous ne le pensons d’égarer notre mémoire : nous pouvons parfois nous souvenir avec une grande certitude de choses qui ne se sont absolument pas produites, et vice versa. Les faux souvenirs peuvent avoir des conséquences terribles au judiciaire.

Les souvenirs d’abus peuvent jouer un rôle décisif dans les délits sexuels. Dans ces cas, il y a souvent un manque de preuves objectives, et les juges doivent évaluer si les déclarations de la victime sont suffisamment fiables pour obtenir une condamnation. Si quelqu’un a été réellement abusé et que le coupable va en prison, il n’y a pas de problème. Mais les gens peuvent aussi développer des souvenirs d’abus qu’ils n’ont jamais subis – de faux souvenirs.

Prenez ce cas récent au Texas. Un garçon de dix ans, John Parker, a accusé son père d’abus satanique en 1991. Le père a nié, mais a été condamné à vingt-cinq ans de prison la même année – il a été libéré en 1999 pour bonne conduite. En juin dernier, Parker a intenté un procès pour disculper son père, maintenant âgé de 74 ans. Il a affirmé que ses souvenirs d’abus avaient été “implantés” dans sa mémoire par des membres de sa famille : lui-même ne pouvait pas se souvenir des abus à l’époque, c’est pourquoi, selon la famille, il était bénéfique de retrouver ces souvenirs refoulés.

Psychanalyse

La notion de refoulement est issue de la tradition psychanalytique de Sigmund Freud et de ses contemporains. Dans cette tradition, le refoulement signifie que les souvenirs d’événements sont supprimés lorsqu’ils sont trop douloureux pour être admis à la conscience. Les souvenirs sont inconsciemment stockés quelque part dans le cerveau, où ils mènent une existence cachée pendant des années, mais causent néanmoins des dommages mentaux et physiques – le corps tient le compte, dit-on de manière quelque peu sinistre. Les dommages ne peuvent être réparés qu’en retrouvant les souvenirs refoulés. Le moyen habituel de retrouver des souvenirs refoulés est la thérapie.

Un premier problème avec le refoulement est, comme souvent avec les théories de Freud, qu’il ne peut être testé. Les souvenirs refoulés sont supprimés inconsciemment, de sorte qu’il est impossible d’y accéder consciemment. Ce n’est que lorsque le souvenir est récupéré consciemment qu’il peut être testé. Mais alors ce n’est plus un souvenir refoulé. Donc les souvenirs retrouvés ne prouvent rien.

En outre, l’idée de refoulement contredit l’expérience de presque tout le monde – nous ne nous souvenons parfois que trop bien de situations douloureuses et désagréables – et les recherches scientifiques montrent également que les expériences traumatisantes peuvent fortement s’inscrire dans la mémoire.

Il est vrai que les victimes d’abus ne veulent souvent pas consciemment penser ou parler de leurs expériences, mais cela ne signifie pas qu’elles les refoulent inconsciemment.

Vers 1990, les journaux néerlandais étaient aussi parfois sous le charme de Satan.

Virage

Le débat sur le refoulement a toutefois pris une tournure entièrement nouvelle et plus sombre à la fin du siècle dernier, lorsque le concept a été introduit dans les affaires d’abus, notamment aux États-Unis.

Les thérapeutes, afin de prouver les abus, recherchaient activement et de manière suggestive les souvenirs refoulés dans les procès. Ils ont renversé l’idée de Freud : les plaintes mentales et physiques sont la preuve que des souvenirs réprimés d’abus sont inconsciemment cachés – elles sont un appel au secours.

Les interventions thérapeutiques telles que l’hypnose, l’interprétation des rêves et l’imagerie guidée peuvent faire remonter à la surface les souvenirs refoulés. De cette manière, les patients en thérapie retrouvent des souvenirs traumatiques qu’ils n’avaient pas avant la thérapie.

Et avec ces souvenirs retrouvés, des personnes innocentes, comme le père de John, pourraient être condamnées à de lourdes peines de prison.

Les souvenirs ont été imposés à John, a-t-il témoigné en juin dernier, par sa mère et ses amis évangéliques, des travailleurs sociaux, des thérapeutes et des avocats. Ils ont “continué à lui poser des questions jusqu’à ce qu’il donne les réponses qu’ils voulaient entendre”. Il a finalement témoigné que son père dirigeait une secte satanique qui torturait et maltraitait des enfants et des animaux et kidnappait et tuait des auto-stoppeurs. Ses parents venaient de divorcer pour la deuxième fois et, au même moment, la mère a également accusé son ex d’avoir abusé d’une de leurs filles.

Simple

Les chercheurs spécialisés dans la mémoire ont notamment critiqué ces développements. Leur point de départ était que les interventions suggestives au cours de la thérapie avaient entraîné des souvenirs d’expériences non vécues – pseudo-mémoires ou faux souvenirs. Au cours de ces “guerres de la mémoire”, la psychologue américaine Elizabeth Loftus, notamment, ne s’est pas lassée de souligner que notre mémoire peut être très peu fiable : non seulement nous ne nous souvenons souvent pas de ce qui s’est réellement passé, mais nous nous souvenons aussi parfois de ce qui ne s’est pas réellement passé. La mémoire est beaucoup plus facile à tromper que ce que l’on croyait.

Francisco Goya: Sabbat des sorcières (1798) – Museo Lázaro Galdiano, Madrid

En effet, ces dernières années, de nombreuses études ont montré à maintes reprises que les faux souvenirs d’événements non vécus peuvent se développer relativement facilement. Le moyen de développer de tels faux souvenirs est de recourir à des techniques de questionnement suggestif telles qu’utilisées dans les thérapies. Bien sûr, il n’est pas éthique de développer de faux souvenirs d’abus sexuels dans un laboratoire psychologique. Toutefois, cela ne signifie pas que les faux souvenirs provoqués en laboratoire sont dénués de sens. Les faux souvenirs générés en laboratoire ont les mêmes caractéristiques que les faux souvenirs d’abus. Julia Shaw et Stephen Porter, par exemple, ont réussi à faire croire à 44 des 60 sujets testés qu’ils avaient autrefois commis un crime tel qu’un vol ou une agression, et ce, en trois entretiens seulement. En termes de vivacité et de détails, les souvenirs insérés étaient comparables à des souvenirs réels. Il s’avère que dans le contexte d’un entretien très suggestif, les gens peuvent assez facilement générer de riches faux souvenirs d’avoir commis un crime”.

Il a été tout aussi facile pour notre groupe de recherche de faire croire à un certain nombre de personnes qu’elles avaient perdu leur maillot de bain pendant qu’elles nageaient (les personnes qui étaient réellement présentes ont été exclues de la participation), simplement en leur assurant qu’elles avaient coché cet incident dans un questionnaire précédent sur les événements honteux.

De même, nous avons pu convaincre des enfants qu’ils avaient été pris avec leurs doigts dans un piège à souris, ou même qu’on leur avait fait un lavement. De plus, il semble tout aussi facile d’implanter de faux souvenirs d’expériences qui sont censées s’être produites plusieurs fois. Cette dernière constatation est importante, car les abus sexuels ne sont généralement pas un événement ponctuel.

Risqué

Si les preuves sont faibles pour les souvenirs refoulés, elles sont tout aussi fortes pour les souvenirs imposés. Il est également extrêmement risqué de croire aux souvenirs refoulés. Les thérapeutes qui sont convaincus de l’existence d’un refoulement peuvent trop facilement supposer que les symptômes vagues de leurs patients indiquent des souvenirs d’abus inconsciemment dormants, et que des recherches suggestives doivent être menées pour trouver ces souvenirs. Il ne peut en résulter que de la misère.

Littérature :

E. F. Loftus, K. Ketcham: The myth of repressed memory: false memories and allegations of sexual abuse. New York 1994.

Goldfarb, G. S. Goodman, …, J. Qin: Long-term memory in adults exposed to childhood violence: remembering genital contact nearly 20 years later. Clinical Psychological Science 2019;7:381.

Otgaar, I. Candel, A. Scoboria, H. Merckelbach: Script knowledge enhances the development of children’s false memories. Acta Psychologica 2010;133:57.

J. Shaw, S. Porter: Constructing rich false memories of committing crime. Psychological Science 2015;26:291.

Calado, T. J. Luke, …, H. Otgaar: Implanting false autobiographical memories for repeated events. Memory 2021; 29:1320.

Sur le même sujet:

Le retour d’un mythe : Les abus rituels et le statut sacré d’Argos

Argos et les abus rituels sataniques inexistants

LAAT EEN REACTIE ACHTER

Vul alstublieft uw commentaar in!
Vul hier uw naam in